dali_les__l_phantsphasmes éléphantesques, l'un calme trompe basse, l'autre levée, deux antagonismes, deux obélisques, les maîtres de ces montures, frêles au sol, le pantin attend l'ange qui accourt, le pantin magnétise, polarise les forces, l'énergie de la toile vient de lui, tout ce rouge intense...au centre sur la terre une porte en colonnes grecques, le gong du temple, pour sonner le combat ou la communion, les contraires se rencontrent. les longs membres semblent fléchir malgré la puissance la bête du pantin s'incline, fait sa révérence, l'autre créature noble, et paisible, pourtant son maître court vole ou saute, et fais signe de la main, l'ange apporte, offre, mais pas en soumission, non, il donne par amour, d'ailleurs les oreilles feuilles, comme ces grandes antennes pour écouter l'infini espace, ces oreilles montrent que l'un appelle et l'autre reçoit, l'ange vient parce qu'il a reçu un signal, une onde dans l'air, l'union se fera devant la porte des sons, d'où quatre flèches feront résonner le désert et trembler la poussière des siècles.