les semelles en ramassent des saloperies des veinules et veinures du monde d’en bas des reliefs écrasés des montagnes en tas les semelles de vent ça n’existe pas c’est une invention pour faire joli pour faire rêver les enfants les semelles gobent par centaines de mille les détritus infinis de rues pieuvres et sabbatiques et noires tellement noires comme cette encre de fuite comme ces cuivres dans l’eau noire tellement noire de frayeurs de poulpes en semelles enfouies dans la foultitude de leurs pieds.